Limiter l’impact SEO en cas d’indisponibilité d'un site web

Publié le : 11 mars 2021
Serveur informatique

John Mueller, voix de Google bien connue des référenceurs, a rappelé les bonnes pratiques en cas de problème d’indisponibilité d’un site : il faut en effet apporter le plus rapidement possible des réponses, sous peine de constater dans les résultats des moteurs de recherche la disparition du site en quelques heures.

L’incendie du data center OVH à Strasbourg n’a heureusement pas fait de blessé. Il a toutefois eu un impact sur des millions de sites web, de services et d’applications. Les incidents de cette dimension sont rares, mais les problèmes d’hébergement n’arrivent pas qu’aux autres et engendrent des conséquences lourdes pour le référencement naturel d’un site. Les bonnes pratiques à suivre sont valables pour tous les cas d’indisponibilité comme le soulignait déjà John Mueller en 2017

Que peut-on donc faire pour le référencement en cas d’indisponibilité ?

La première réponse en urgence : nom de code 503

La première réponse à apporter est de retourner un code de réponse 503 (Service Unavailable) pour toutes les demandes : ce code est le principal moyen d’indiquer aux moteurs de recherche qu’une opération de maintenance est en cours sur le site. Les moteurs de recherche accordent alors un délai supplémentaire (1 à 2 jours) avant de faire disparaître progressivement les pages du site de leurs indexs. Ce code 503 doit être accompagné d’une page expliquant aux internautes que le site est temporairement inaccessible. Dans le détail, il y a d’autres éléments techniques à prendre en compte notamment associer à la réponse 503 une entête Retry-After pour indiquer la durée de l’indisponibilité (si possible).

Cette première réponse en urgence permet de gagner un peu de temps pour gérer la suite. Si l’indisponibilité dure moins de 24 heures, il faut patienter, suivre l’état de l’indexation et vérifier que l’incident n’ait pas de conséquence durable a posteriori.

Dans le cas d’une indisponibilité plus longue

Si l’indisponibilité dure plus de 24 heures, il faut envisager en urgence d’autres solutions pour ne pas disparaître complètement des moteurs de recherche. Pour limiter l’impact négatif de cette indisponibilité, il est nécessaire de prévoir un second hébergement.

La bascule vers cet hébergement alternatif peut avoir 2 objectifs :

  1. La réinstallation complète du site
    Cette solution n’est pas toujours simple à mettre en œuvre notamment dans des délais courts. Elle peut être défavorable selon le délai de rétablissement et le coût de mise en œuvre.
  2. La mise en place d’un “service minimum”
    En générant des versions statiques pour les pages les plus importantes du site, il est possible de conserver une partie du référencement du site (au moins pendant un certain temps). Le service n’est pas entièrement rétabli, mais cette solution peut être favorable pour limiter l’impact SEO d’une indisponibilité. 

En résumé

Dans une situation de crise, les problèmes s'enchaînent souvent en cascade. Le référencement n’est pas nécessairement la priorité quand un site subit un incident majeur, mais il est nécessaire d’agir vite pour limiter les dégâts. Le rétablissement rapide d’un site dans les résultats des moteurs après plusieurs jours d’indisponibilité reste possible mais il n’est pas acquis. Bon courage aux équipes d'OVH et à tous ceux qui sont en train de gérer migrations, paramétrages et réinstallations dans l'urgence.

Faites auditer votre trafic, votre référencement, votre marquage statistique, votre e-reputation ou simplement contactez-nous pour tout besoin sur votre présence digitale.

SEO Camp, l'association du référencement
Partager